Réhabilitation d'un dispensaire pour la population du quartier à Bangui

Fondé dans les années 1980, le « Monastère Marie Mère du Verbe » de Bangui est un centre d’accueil spirituel qui est aussi tourné vers la population pauvre du quartier. En 2009, un dispensaire a été construit et équipé par l’AAI. Aujourd’hui il a besoin de travaux d’entretien et de nouveaux équipements.

présentation

Objectif

Réhabiliter les locaux pour améliorer la prise en charge des patients

Localisation

Bangui, République Centrafricaine

Domaine d'activité

santé

Type d'action

Aide ponctuelle

Début - fin

2019-

Participation AAI

36 000 €

LES besoins


Travaux d'entretien et rééquipements pour une meilleure prise en charge des patients

Depuis son ouverture en 2009, le centre de santé St Luc (CSL) n’avait pas été suffisamment entretenu et certains équipements méritaient d’être renouvelés ou complétés. Les recettes du CSL suffisant tout juste à assumer le budget de fonctionnement, une aide de l’AAI était devenue nécessaire pour réhabiliter les locaux composés d’une dizaine de pièces : salles de consultations, laboratoire, pharmacie, salles de soins et de repos, local administratif, etc.

Notre action

A la suite d’une visite de supervision sur site effectuée en mars 2020, il a été défini une réhabilitation des locaux en 4 phases.

Les deux premières sont achevées à ce jour et ont consisté en :

  1. Travaux d’aménagements intérieurs (agrandissement du laboratoire, réfection des sanitaires, réfection de l’installation électrique intérieure) – travaux extérieurs : raccordement de l’alimentation électrique au groupe électrogène, réfection des toits et plafonds, etc.,
  2. Equipements : pose de ventilateurs dans chaque pièce, microscope et autres instruments pour le labo, renouvèlement

des équipements pour les salles de soins et les consultants.

Deux autres phases restent à achever ou entreprendre :

  1. pose de carrelage au sol, peintures intérieures
  2. installation de panneaux photovoltaïques raccordés à des batteries installées en série.

Grâce à votre don

Les deux premières tranches ont pu être financées à hauteur de 9 855 €. La 3ème tranche en cours de réalisation coûtera

10 000 €. Restera à faire : l’achat et la pose des équipements d’énergie solaire pour un coût estimé à 16 300 €.

Le coût total de ce projet s’élèvera à 36 155 €.   

Les premiers bénéficiaires de ces investissements sont les mères et les enfants du quartier de Boye Rabe, qui bien sûr, n’ont aucune couverture sociale.

POUR EN SAVOIR PLUS ...

Comprendre la problématique affrontée

Le quartier de Boye Rabe situé dans la banlieue est de la ville de Bangui, regroupe une population pauvre, marquée par un chômage élevé. Le tissu sanitaire de la ville est composé de quelques hôpitaux plus ou moins bien équipés et de centres de santé qui maillent le territoire. Dans le désir d’être présent aux côtés d’une population démunie et considérant les besoins sanitaires, la Communauté des Béatitudes a créé sur sa parcelle, le dispensaire St Luc (CSL). Aujourd’hui ce centre de santé accueille 650 malades par mois, principalement des enfants et des parturientes.

Le suivi de femmes enceintes justifierait, à terme, l’ouverture d’une petite maternité pour éviter de longs et pénibles déplacements lors des accouchements.

Le CSL est aussi un centre de vaccination en coopération avec les servies du ministère de la santé.

En savoir plus sur Bangui et la RCA   

L’Association Alliances Internationales avait financé la construction du dispensaire dans le quartier pauvre de Boye Rabe (banlieue de la capitale Bangui) dès 2004. Cet établissement a été mis en fonction en septembre 2009. A partir de 2010 il a bénéficié de la part de l’AAI, d’aides pour son fonctionnement, aides qui sont reconduites à la demande mais pas de façon systématique. En 2013 et 2014 de très nombreux réfugiés (40 000) s’étaient installés sur la parcelle du

monastère occupé par la Communauté des Béatitudes. Leur prise en charge s’est faite en coordination avec différentes ONG : AAI, CRI, MSF, Salve the

Children, JRS, etc. En cette période critique le dispensaire avait été transformé par MSF en hôpital de campagne. Depuis 2015 et malgré l’instabilité persistante

dans le pays, les réfugiés ont regagné leurs quartiers. Le sentiment d’insécurité que laisse la situation politique du pays, ne permet pas encore de planifier des aides sur le long terme.

Ce site utilise des cookies strictement nécessaires à son bon fonctionnement. En savoir plus